Bon, avant vous travailliez dans un laboratoire. Maintenant vous travaillez chez vous. Alors comment allez-vous réussir cette transition ?

Pour un professionnel qui travaille dans un bureau, travailler à domicile est une perspective plutôt simple. Si votre travail était principalement basé sur un ordinateur, faire la même chose chez vous ne requiert aucun grand ajustement.

Mais qu’en est-il de votre travail si vous étiez basé dans l’environnement pratique d’un laboratoire de matériel informatique ou de science pure ? La transition est plus difficile, mais reste réalisable, affirment deux experts de Xerox PARC.

Sean Garner, Vice-Président et Directeur du Laboratoire des systèmes de matériel informatique, et Ross Bringans, Vice-Président et Directeur du Laboratoire des matériaux et appareils électroniques, sont tous deux des scientifiques et des chefs d’équipe chevronnés. Ils affirment que pour les ingénieurs, les physiciens et les scientifiques de matériaux avec lesquels ils collaborent, et pour les personnes qui travaillent dans un laboratoire, la transition vers un lieu de travail basé à domicile est possible si quelques ajustements sont apportés.

Concentrez-vous sur votre recherche.

Aucune raison de présumer que les progrès vont s’arrêter brutalement. Si les ingénieurs et les scientifiques ne peuvent pas faire d’expériences en laboratoire, ils peuvent continuer d’avoir accès aux différents éléments de leurs projets basés sur logiciels. Le rythme ne doit donc pas ralentir.

« Les collaborateurs peuvent et doivent continuer de travailler sur leurs projets en cours de façon prioritaire », a déclaré Bringans. « L’analyse des données, leur interprétation, la planification de nouvelles expériences et les propositions par écrit, autant d’activités qui doivent être réalisées régulièrement et qui peuvent l’être à domicile. »

Apprenez une compétence nouvelle et utile.

Quelle que soit l’industrie, il y a toujours des compétences utiles à avoir sur la liste de chaque professionnel ; ces dernières sont généralement évincées par des compétences indispensables. Cette période est peut-être le moment idéal pour que ces tâches toujours remises à plus tard, comme apprendre à utiliser un nouvel outil logiciel, soient hissées au premier plan.

« Les scientifiques de laboratoire trouvent souvent utile d’utiliser un logiciel de modélisation, mais la courbe d’apprentissage est plutôt raide », déclare Garner. « Pour nombre d’entre nous, cette compétence appartient à la catégorie « J’avais l’intention de le faire ».  Si votre entreprise peut obtenir les licences en matière de physique informatique ou de progiciels de conception, c’est le moment idéal d’en faire une priorité. »

Profitez-en pour lire et écrire.

Bringans convient qu’il existe toute une catégorie de tâches que les scientifiques et les ingénieurs jugent importantes, mais qui sont également mises de côté au profit de responsabilités plus urgentes.

« Lire des ouvrages scientifiques est une autre façon d’occuper son temps de manière significative », a-t-il constaté. Lire des articles récents permet de voir les nouveaux développements dans le contexte de votre propre travail, de suivre les progrès réalisés, de susciter des idées de collaboration et, éventuellement, de générer de nouvelles orientations pour vos projets.

C’est aussi l’occasion pour ceux qui travaillent dans des domaines techniques de présenter leurs résultats à des revues spécialisées. « La publication d’articles n’est pas aussi nécessaire dans l’industrie que dans le monde universitaire, mais il est tout de même important de publier si vous n’êtes pas restreint par des sensibilités concurrentielles », ajoute Garner. « Publier fait partie de la participation à la communauté scientifique et est aussi particulièrement utile quand vous essayez de sensibiliser les gens à vos activités. »

Enfin, faites vos demandes de brevet.

« Les scientifiques remettent naturellement à plus tard leurs demandes de brevets parce que ces demandes sont longues à remplir et qu’ils privilégient d’autres activités », affirme Garner. « C’est l’occasion de faire des progrès ».

Par ailleurs, toutes les raisons sont présentes pour s’y mettre : la propriété intellectuelle est le moteur de l’industrie. Elle protège les inventions uniques et permet aux entreprises de rester compétitives, en leur donnant les moyens de contrecarrer les ingérences de leurs pairs. Faites bouger les choses, c’est votre devoir !

Utilisez vos temps d’arrêt pour réveiller votre créativité.

Le temps en plus, même si totalement inattendu, peut être un bonus. Si vous avez du temps dans une journée normalement surchargée, profitez-en pour réfléchir et vous demander : « Et si…. ? »

« C’est le moment de regarder de plus près les calculs faits sur des bouts de papier et les recherches documentaires », ajoute Garner. « J’espère que les gens seront assez inventifs, et qu’ils poursuivront les idées qu’ils ont en tête depuis un certain temps. »

« Il sera très intéressant de voir ces idées se matérialiser. »

« Peut-être que nous sortirons de cette situation chargés de nouvelles idées percutantes. »

 

Recevoir les informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour en savoir plus sur notre politique en matière de protection des données, lisez notre Charte de confidentialité.