Le DSI d’aujourd’hui sera-t-il le CEO de demain ?

La marque d’un vrai leader est sa capacité à transformer une idée en une innovation. C’est aussi sa force d’attirer les autres à investir dans cette innovation et trouver de nouvelles façons de gagner des parts de marché. Dans un monde saturé de technologies, où les économies sont basées sur des systèmes de données, ces qualités sont souvent présentes chez les DSI. Ces cadres sont bien placés pour stimuler l’innovation et transformer les activités. Je me suis tout d’abord intéressé à ce concept dans mon blog, mais regardons ensemble les critères qui sous-entendent une transformation de leur métier.

Les opérations d’affaires

Historiquement, les CEO ont toujours su écouter les technologies afin de gagner un avantage concurrentiel. L’introduction de la ligne d’assemblage, l’avènement des robots industriels, et d’autres innovations de fabrication en sont les exemples parfaits. Ces technologies d’organisations ont permis de réduire les coûts de production, abaissant ainsi certains frais et permettant parallèlement une augmentation des ventes. La numérisation des processus d’activités tend à produire le même effet sur les entreprises, comme a pu le faire l’automatisation industrielle dans le passé.  Dans la plupart des cas, c’est le DSI qui est à l’origine de ces efforts de numérisation. Et comme les avantages se multiplient, ce sont ces cadres qui voient le plus grand potentiel d’impact de ces innovations. 

Processus d’affaires 

Vous avez déjà peut-être entendu parlé -ou bien lu- le livre “The Goal: A Process of Ongoing Improvement”. Bien qu’il date de presque trois décennies, il reste indéniablement un guide essentiel pour les gestionnaires afin d’optimiser les processus de fabrication, d’éliminer les éléments inefficaces, d’identifier les goulots d’étranglement et de supprimer ces derniers. Cette méthodologie est toujours d’actualité, mais nous avons désormais un plus grand champ de données à collecter, et cela avec beaucoup plus d’étapes. Par exemple, la popularité croissante de capteurs fournit aux entreprises des données plus denses et ouvre l’accès à de nouvelles innovations. Dans cet environnement, c’est le DSI qui doit établir et gérer le cycle de vie des données tout au long de l’optimisation des processus.

La transformation de l’innovation  

La numérisation des données des clients a conduit à ce que l’on appelle plus communément dans l’industrie « le Kanban à la clientèle ». Inventé par Toyota, la méthode Kanban représente un système de gestion visant à rendre transparente chaque étape d’un processus. L’objectif est de susciter une innovation afin de rendre le processus plus efficient et productif. Introduire le même niveau de transparence dans la gestion du cycle de vie du client ouvre la porte à la profusion d’idées rapides. Encore une fois, ce processus dépend essentiellement de la capacité du DSI à institutionnaliser en démultipliant les technologies.

Aujourd’hui, les Directeurs des Systèmes d’Information influencent la plupart des processus opérationnels critiques. Ainsi, de nouvelles idées commercialisables proviennent de ces opérations, et, c’est pourquoi, en tant que tel, je crois que les DSI sont en train de devenir les CEO de demain.

Cet article a été écrit par Rado Kotorov de Business2Community et a été légalement autorisé par l’éditeur NewsCred.

Posts associés

Recevoir les informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour en savoir plus sur notre politique en matière de protection des données, lisez notre Charte de confidentialité.